user_mobilelogo

C’est en lisant la Revue Alpes magazine que je tombe sur un article écrit par Virgine Troussier. Ma tête ne connaissait pas vraiment Nietzsche et à la lecture de l’article mon corps a reconnu son parcours. Ainsi je mets en relation ma pratique d’accompagnement avec les mots de Virgine Troussier qui ont résonné en moi et je tente l’écriture et la mise en lien des propos de Nietzsche avec ma façon de vivre le corps comme outil d’accompagnement.

Références: Alpes Magazine, no 179, octobre novembre 2019, pp. 46-48. Article de Virginie Troussier (écrivaine et journaliste). Tous les extraits de l’article sont en italiques dans le texte en bleu. Les mots entre guillemets sont des citations de Nietzsche.

 

Je ne suis pas philosophe, j’écoute mon corps et j'essaie d’être en accord avec ses messages. Ce que je tente également de faire vivre à mes clients. Que dit mon corps pour faire tel ou tel choix? Qu’est-ce qui me pousse à marcher dans cette direction plutôt qu’une autre? Seul son corps le guide dans ses errances.

Sils Maria, où Nietzsche a vécu, est un lieu idyllique en Engadine dans lequel il a retrouvé un équilibre du corps et de l’esprit avec la nature. Quant à moi, j’ai pratiqué le ski de fond avec délicatesse sur ces terres enneigées, dans un équilibre corps nature et mouvement. « faire corps » avec elle (la nature), dans une idée de corps global.

À chaque séance de coaching, j’invite le client à se tenir debout, à marcher et à ressentir ce qu’il vit à l’intérieur de son corps qui lui permet de faire un pas en avant. Il faut apprendre à tout considérer comme un geste. Ainsi écouter son corps avant son esprit peut permettre de ressentir plus profondément ce qui nous anime.

Ma pratique du coaching somatique me laisse entrevoir que le corps se souvient et montre souvent le chemin à suivre, faut-il encore l’écouter? Tout devrait passer par le corps, lui seul a montré la voie. Choisir en connaissance de cause parce que nous écoutons notre corps. Nietzsche a pratiqué la randonnée sur les sommets, il a découvert que son corps lui envoie des messages qu’il s’est mis à écouter. Il comprend que la vie académique n’est pas faite pour lui…Il est un voyageur à la recherche du lieu idéal, un malade à la recherche de la santé.

Se déplacer, marcher ou courir nous permet de nous connecter à nous-mêmes, à ce corps qui porte nos organes, notre coeur et notre esprit. Ressentir nos organes, notre coeur et notre respiration. Une harmonie entre ces éléments me semble nécessaire afin d’être en équilibre. Lorsque le corps s’est rendu léger, l’esprit peut enfin remonter en surface. C’est alors que nous pouvons réfléchir à deux de ce qui se passe et entrevoir un chemin du possible. N’est-ce pas son corps qui, toujours lui a montré le chemin?

Une de mes activités régulières avec mes clients, c’est de jouer avec la marche, de s’arrêter et de repartir afin de prendre conscience de ce qui se passe sous nos pieds. C’est le pied qui apprend avant l’esprit. Le client réalise rapidement qu’il y a une différence entre partir de l’un ou l’autre des pieds, et par l’analyse après l’expérimentation, nous pouvons y mettre des mots.

Je termine c’est article en me réjouissant d’avoir redécouvert Nietzsche et sa prise de recul face à l’importance du corps dans notre être global. « Il y a plus de raison dans ton corps que dans la meilleure sagesse ». (7 novembre 2019)

J’ai eu l’opportunité d’écouter Marc Vella lors de sa conférence « accueillir les fausses notes » à Tannay, Vaud, le 2 novembre 2018. M’inspirant de quelques-uns de ses propos, notés dans le texte en bleu italique, j’alimente mon blog en poursuivant la réflexion autour de l’équilibre. https://www.marcvella.com/ 

 

Je me promène dans une forêt d’un pas léger et devant moi une croisée se dessine. Ma respiration est fluide et régulière, je perçois tout à coup une légère accélération de mon rythme cardiaque. Que se passe-t-il ? Ai-je peur ? L’inconnu m’impressionne-t-il ? Et si j’arrêtais le combat avec moi-même ? Je peux me laisser guider par mes pas, par mon corps. Ce que je fais…. J’accepte de prendre le chemin que mon corps m’invite à prendre celui du moment présent pour me redécouvrir et écouter mon corps intérieur. Je suis en train de m'accueillir, de me regarder avec amour. Je vis un certain équilibre et je continue mon chemin en percevant le sol sous mes pas. Je ressens la brise sur mes joues, je vois les feuilles d’automne se balancer, j’entends le gazouillis des oiseaux, je sens le passage du renard et je bois délicatement la rosée sur une feuille. Quelle harmonie dans cette nature, j’en fais partie. Les harmoniques que nous sommes. La rencontre du naturel revient. La quinte intérieure permet une assise de soi. Si les touches du piano permettent un harmonique, la nature et nos sens également. Je retrouve un équilibre corps cœur esprit, je suis aligné, j’ai pris le temps de marcher avec moi-même. Pas besoin de justifier d’être soi. Ici je livre ce que je suis. Prendre un temps chaque jour pour moi, pour me retrouver, voilà une de mes ressources. (29 novembre 2018)

 

A 10 minutes de Vevey, sur la Riviera vaudoise, depuis l'année 2018, un coach indépendant est à votre disposition pour avancer avec vous vers de nouveaux horizons, les vôtres ! Dans un cadre bienveillant, il accompagne un changement de vie professionnelle ou un changement de vie personnelle. Un coaching pour vous aider à faire des choix, identifier des dilemmes ou transiter d’un chemin à l’autre. (15 mai 2019)

Le terme « croisée » est utilisé dès le Moyen Age pour désigner un point d'intersection, un lieu où des routes se croisent. Dans cette expression, il est employé dans un sens figuratif pour évoquer un moment où une personne doit faire un choix, le plus souvent délicat. http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/14743/a-la-croisee-des-chemins/ consulté le 31 août 2017.

Photo achetée sur internet en 2017

 

Mes publications

Les articles peuvent être consultés dans la page de navigation et téléchargés et imprimés en version PDF. Ils sont sous licence Creative Common 3.0 « Paternité – pas de modification ». Cela signifie qu’ils peuvent être imprimés ou transmis librement à condition qu’ils ne soient pas modifiés qu'ils citent leur auteur et la Revue.

Serge Weber sur LinkedIn